samedi 13 février 2016

Angoulême projette la construction d'un parc d'attractions sur le thème de la bande dessinée

GrandAngoulême (l'agglomération de la ville du Poitou-Charentes) envisage la construction d’un parc d’attractions consacré à la bande dessinée, comme l'annoncent de nombreux médias français. Il n’était pas prévu d’annoncer ce projet aussi tôt, mais une phrase énigmatique prononcée jeudi par François Bonneau (président du conseil départemental) durant la séance consacrée au budget a chamboulé la stratégie de communication. Il a, en effet, déclaré qu' «une collectivité travaille sur un établissement touristique majeur». L’agglomération confirme l’information: la création d’un parc d’attractions dédié à la bande dessinée est envisagée.

Le parc serait de taille modeste (5 hectares) et centré sur les attractions familiales et pour les plus petits. Le thème prévu est la bande dessinée car la ville d'Angoulême est célèbre pour son festival de la bande dessinée. 100 emplois directs seraient créés et jusqu’à 600 emplois en ajoutant les emplois induits. Le terrain ferait au total 30 hectares pour y inclure d'autres activités dont de l'hôtellerie.

Depuis un an et demi, on travaille sur ce dossier, dont les contours se précisent. L'investissement serait dans un premier temps d'environ 35 millions d'euros, pour atteindre les 58 millions au bout de dix ans. Dix attractions sont prévues à l’inauguration, avec des nouveautés régulières au fil des ans pour avoir un total de 17 attractions au bout de 10 ans. L'accent serait mis sur "des animations type dark rides", avec les visiteurs qui s’installeraient dans des wagonnets pour profiter d'un parcours scénique à travers des univers fantastiques, dans lesquels se trouvent des personnages de bande dessinée. On pourrait ainsi y rencontrer le Marsupilami, Lucky Luke, les Schtroumpfs, Blake et Mortimer, Spirou, ... La plupart des attractions seraient indoor mais il y aurait aussi une montagne russe en extérieur. Il faudrait 190.000 visiteurs par an pour être rentable. Le potentiel est de 400.000 visiteurs après trois ou quatre ans.

Parexi est la société privée censée devenir le gestionnaire du parc, la même société qui s'apprête à lancer le Parc Spirou à Monteux, en Provence. Des échanges d'attractions entre les deux parcs sont même envisagés pour renouveler les attractions.

«Les loisirs, c’est le secteur qui créé aujourd’hui le plus d’emplois.
Sa croissance est à deux chiffres», assurent Xavier Hurteau (directeur adjoint à GrandAngoulême) et Dominique Lasnier (chargé de mission). Ils ont tous les deux déployé un certain nombre d’arguments pour attirer l’investisseur.

Jacky Bouchaud, vice-président en charge du développement économique, insiste sur le fait que «ce dossier, à cet instant, n’a pas coûté un centime d’argent public» car Parexi a pris les frais d’études en charge. Le but est d’aller chercher un maximum de partenaires privés car «le parc ne devrait pas coûter plus de 15 millions d’argent public».

Il est encore trop tôt pour dévoiler le lieu où devrait se construire le parc.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'écrire de manière correcte, lisible et respectueuse. Dans le cas contraire les commentaires pourront être éliminés.