mercredi 20 février 2013

Deux offres de reprise pour Walygator Parc

Placé en redressement judiciaire depuis le mois de novembre, Walygator Parc attendait aujourd'hui une décision du tribunal de commerce de Metz, avec un risque possible de liquidation. Mais ce n'est pas ce que le tribunal a décidé.

En effet, le parc d'attractions lorrain a vu surgir 2 offres de reprise, notamment celle d'un homme (ne voulant pas décliner son identité) présent au tribunal qui propose un projet de continuation de l'activité du parc. C'est ce que plusieurs sources signalent sur Twitter. La mise en délibéré est fixée au 6 mars.

Le risque de fermeture définitive semble donc s'éloigner. Espérons qu'on en sache bientôt davantage sur ces repreneurs possibles.

Mise à jour (21h00):

Lor'Actu donne des détails supplémentaires. Une offre de reprise et une offre de continuation d’activité sont en course. En l'état actuel des choses, le recrutement et le début de la saison, fixé au 29 mars, se dérouleront donc comme prévu.

L'offre de continuation vient d'un entrepreneur, âgé d’une quarantaine d’années, originaire de Metz qui a déjà des activités dans la construction. Il ne « s’agit pas d’un proche des frères Le Douarin » selon lui. D’après les informations de Lor'Actu, confirmées par son avocat, il a proposé un projet de continuation de l’activité en y intégrant les frères Le Douarin. Selon Me Casciola, il faut rester prudent car les modalités ne sont pas encore connues, mais l’investisseur a assuré que « tous les garanties sont réunies pour que le projet aboutisse ». En effet, il propose d’y injecter de l’argent qui est déjà bloqué chez un notaire, selon lui. Sa proposition est de payer sur 10 ans le passif du parc et de conserver l’ensemble des salariés. Ce projet de continuation n’engloberait que des fonds privés, sans aide donc des collectivités.

L'autre offre, est venue comme une surprise et les frères Le Douarin (actuellement à la tête du parc) ne sont pas invités à y prendre part. « Je ne connais pas les intentions de ce repreneur, peut être de démanteler le parc… » déclare Didier Le Douarin. Toujours d'après Lor'Actu, le projet de reprise est en fait composé de quatre personnes, dont Franck Deglin, ancien prestataire chargé des points de restauration qui a collaboré avec les frères Le Douarin par le passé. Mais le divorce a été consommé il y a quelques années entre les deux entrepreneurs. Dans ce projet, une autre personne ne plaît visiblement pas aux gestionnaires actuels, il s’agit de Jacqueline Lejeune qui affirme être « spécialisée » dans la gestion. L’autre associé du projet de reprise est un atout maître: il a géré le parc Bagatelle avant de le revendre au groupe Looping. L'identité de la quatrième personne qui fait partie du projet n’est pas connue. « Nous sommes quatre experts dans des domaines précis utiles à la gestion d’un parc d’attractions » explique Mme Lejeune. Quelle motivation pour le parc ? « La Lorraine a besoin d’un beau parc, bien équipé et géré », ajoute-t-elle.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'écrire de manière correcte, lisible et respectueuse. Dans le cas contraire les commentaires pourront être éliminés.