lundi 2 avril 2018

Speedwater Park, c'est fini

L'information n'est annoncée ni sur le site internet ni sur la page Facebook, mais la saison 2017 fut la dernière pour le parc aquatique provençal Speedwater Park. Le parc avait déjà connu des difficultés financières il y a plusieurs années et avait changé de nom (le parc s'appellait Aquacity à l'origine) et de propriétaire pour connaître un nouveau départ. Speedwater Park connaissait encore certaines difficultés financières mais ce n'est pas la seule raison de la fermeture définitive du parc. Le bail du terrain arrivait bientôt à terme et les propriétaires du terrain ne souhaitaient pas le prolonger, comme on peut le lire dans La Provence.

Aquacity avait été construit il y a 33 ans aux Pennes-Mirabeau et a plié bagage sans prévenir. Les structures ont été démontées et pour la plupart, vendues en Corse.

Les neuf hectares qu'occupaient le parc seront redéveloppés mais on n'en connait pas encore tous les détails. La seule chose dont on est sûr, c'est qu'une halte ferroviaire sera construite ici. Michel Amiel, conseiller municipal des Pennes-Mirabeau et ancien maire de la commune précise, dans La Provence: "c'est tout un nouveau quartier qui prendra forme avec un pôle multimodal, des logements..., . Nous sommes sur un terrain à fort enjeu." Ce terrain appartient à deux familles de la commune que différentes sociétés (depuis vingt ans, la société de loisirs aquatiques) ont exploité sur un bail de quarante ans. C'est un accord à l'amiable avec le gérant du parc et les propriétaires qui y ont mis fin, sept ans avant l'échéance.

Olivier Temprado, gérant de la société des loisirs aquatiques, explique que les deux familles possédant le terrain souhaitaient récupérer celui-ci pour y développer d'autres projets. Ils se sont entendus sur une indemnisation et le bail a été rompu. Aller au terme du bail nécessitait que le parc fasse des investissements d'entretien qui n'auraient pas été amortis ces six prochaines années, raison pour laquelle les deux parties se sont mises d'accord pour rompre le bail.

Olivier Temprado reconnait que le parc se trouvait plutôt en difficulté ces dernières années et que l'arrivée d'un nouveau concurrent à Monteux (Splashworld/Wave Island) n'a rien arrangé. Le nouveau parc a récupéré une partie de leur clientèle, celle qui venait du Vaucluse notamment et aussi dans les Bouches-du-Rhône.

Aquacity (devenu il y a quelques années Speedwater Park) avait ouvert ses portes le samedi 22 juin 1985. Il avait été imaginé par l'américain Armand Lehmann. L'investissement était de 33 millions de francs. C'était l'un des parcs aquatiques les plus modernes d'Europe. Il avait l'ambition d'attirer 300.000 visiteurs par été, mais finalement le parc a dû se satisfaire de 115.000 visiteurs par saison.

En septembre 1996, la structure qui gère le parc dépose le bilan, notamment à cause d'une TVA à 20,5 %, trop lourde à porter. Aquacity rouvre en juin 1998. En juin 2012, Aquacity devient Speedwater Park.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Merci d'écrire de manière correcte, lisible et respectueuse. Dans le cas contraire les commentaires pourront être éliminés.